Edgard Oberson, guide de montagne Parcours Arles Liens Contact
Bandeau photos
Accueil Nouvelles Alpinisme Escalade Famille Rando à ski Voyages, expéditions Programme Tarifs
Dernières nouvelles

 

Pour moi, c'était la dernière de mes dix semaines de ski de rando de la saison, et j'ai pu finir en toute beauté ! Heureux je suis ! Et de surcroit, je termine avec un groupe formidable et une neige de rêve. Bon, très froid ... entre - 15 et - 20 degrés et des vents de 30 ou 40 km/h, pas de quoi faire des picnics sur l'un des 5 sommets atteints durant la semaine. Mais quelle neige ! Une poudre de rêve, genre velours, toute douce et moelleuse sous les skis, facile et légère. Ce coin de Tirol a donc bien convenu à Eli tellement motivée que je retrouvais sans son Dom de mari, à Andrée toute en finesse, à Jean Claude le merveilleux teigneux à la montée, tout en élégance à la descente, à Patricia la polyvalente-joyeuse, à Catherine toujours à l'affut d'un bon plan CAS, dans le rôle du St Bernard à la montée. Nous avons aussi été rejoint le mardi par deux perles sur lesquelles je pouvais compter, Hélène très bonne skieuse comme son mari Dominique qui supervisait le groupe de son poste à l'arrière avant de débouler vers nous en explosant le compteur des virages ... Oui vraiment, une magnifique semaine !

 

Peut-être est-ce à cause de la grandeur du groupe ? Peut-être dû à une mauvaise information quant au niveau demandé ? Ou dû au fait que je ne connaissais pas toutes les personnes inscrites ? Je n'ai pas réussi lors de ma semaine à Davos à gèrer le grand écart entre les participant(e)s qui allaient du niveau modeste mais très bon physique avec celles et ceux frustré(e)s de ne pas en avoir fait assez. Rythme trop lent pour certain(e)s, agréable pour d'autres, décision radicale mal vécue, excès peut-être de précaution prise de ma part, bien que j'aie fonctionné au plus près de ma conscience, je n'ai probablement pas fait tout juste. Guide, c'est un métier compliqué et c'est difficile de convenir à tout le monde. Il faut parfois prendre des décisions difficiles, mal comprises et ma priorité absolue reste la sécurité. Autre difficulté, skier en groupe demande de la souplesse et de la tolérance. Ces qualités ne sont pas toujours au rendez-vous. Le chanteur Renaud a une très belle chanson où il dit "Je suis une bande de jeunes à moi tout seul ..." . Peut-être que cette fois j'avais à faire à 9 bandes de jeunes comme l'a dit un du groupe lors du  debriefing ... Bon on a quand même pu faire du beau ski !

 

 

Une semaine de randos avec Gries Im Sellrain comme camp de base c'est le top ! Cela faisait plusieurs années, huit, que je n'y étais pas retourné, mais mon envie de partager mon retour dans le coin avec Anne et Agnès, Christophe et Andreas, Marisette et Daniel et Marie Noëlle nous a chatouillé l'année dernière déjà. J'accompagne ce groupe magnifique et très homogène  depuis 7 ou 8 ans et année après année, nous planifions une autre semaine, chaque fois dans une région différente. Je suis très touché par leur fidélité et je pense que j'ai un gand privilège à poursuivre cette collaboration. C'est d'ailleurs le cas pour plusieurs de mes groupes que j'emmène durant l'hiver. Nous avons eu une neige excellente, poudreuse, mais nous n'avons pas pu toujours en profiter comme nous l'aurions voulu, la mauvaise visibilité nous a joué des tours durant 2 jours. Mais globalement, avec 6 courses, 5 sommets en 6 jours et plus de 6000 mètres de dénivelé, on peut dire que nous avons bien tourné ...  N'est ce pas ???

Brrrrrrrrrr. On a eu droit à la vague de froid qui a traversé l'Europe et on a vraiment claqué du bec au début de notre semaine débutée dans le canton d'Appenzel ! Difficile de s'arrêter pour picniquer par exemple ... Heureusement pas de vent violent plus tard dans notre coin d'Autriche, où les courses sont d'altitude modeste. C'était une semaine-découverte pour tout le monde : Marie et Jean-Jacques, Iris et Christine, Bernard et Rolf, et Arlette qui  rejoint ce très bon groupe, fraternel et rigolo et que je retrouve année après année depuis .... années. Ils sont top ! Toujours bien motivé, toujours curieux, près à se lancer dans n'importe quel spot que j'aurai pu découvrir. Et le Voralberg en est un que j'affectionne particulièrement depuis quelques années. Cinq jours, cinq courses et ... quelques patisseries ont de quoi tisser des liens magiques.

 

J'ai dans ma manche plusieurs destinations de rêve, loin de la masse des skieurs, où il n'est pas rare de ne voir personne de la journée. De ces endroits, que je ne divulgue que sous la torture, je suis très avare en commentaire sur l'internet et j'y emmène les clients  qui me font confiance année après année. Ce ne sont jamais des endroits "à la mode" et quand ils le deviennent, je n'y retourne plus. J'ai donc toujours un de ces endroits confidentiels en réserve que je découvre lors de mes vacances. Certains de mes collègues me reprochent  de faire de la rétention d'informations ... J'accepte la remarque, mais la pratique du ski de randonnée est devenue tellement populaire qu'il devient de plus en plus difficile d'éviter la foule. Et moi je n'aime pas la foule et le bruit.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ... 84 >>