Edgard Oberson, guide de montagne Parcours Arles Liens Contact
Bandeau photos
Accueil Nouvelles Alpinisme Escalade Famille Rando à ski Voyages, expéditions Programme Tarifs
Dernières nouvelles

 

La semaine du pire peut être ... Pluie à 2000 m, et le lendemain neige à 800 m ! rebelote les jours suivants. Et malgré tout ça, "elles" sont restées de bonne humeur, Sissi et Florence !

Alors on a fait ce qui était possible, sans se mettre en danger, entre cours avalanche et visite de vallées. Tout de même un très beau sommet, la Lampert Spitze, dans 50 cm de neige fraîche et lourde.
Juste ce nous donnera l'envie de retourner là-bas !

Pas facile de trouver de la belle neige avec cette température qui "yoyote", un jour le zéro à 800 m, le lendemain à 2000 m !
Et c'est dans une "fenêtre" météo que j'ai pu accompagner Marie-Odile et Agnès d'abord à l'Aiguille de Mex puis dans une "lucarne" météo qu'on s'est attaqué au Daubenhorn !

Mais même dans le mauvais temps, cela fait tellement de bien de retoucher de la neige !

Cours de glace, en attendant la neige ! Curieusement, les conditions cet hiver en basse altitude sont relativement bonnes pour la cascade, malgré les températures élevées. Il faut dire que les endroits adéquats se trouvent dans des fonds de gorge, bref, de véritables frigos naturels.

Pierre est un ami de longue date : c’est lui qui, alors qu’il était président du GHM (groupe de haute montagne) de Lausanne dans les années 70, nous avait donné en toute discrétion « un coup de pouce » financier afin de nous aider à réaliser nos rêves (El Capitan, Fitz Roy, Fleur de Lotus …).

C’est lui qui a toujours été à l’écoute des gens dans une passe difficile alors qu’il était responsable dans un secteur bancaire.
Pour Pierre, la valeur refuge, ce n’est pas l’or, ni le bio technique, ni l’immobilier, c’est l’Amitié avec un grand A, c ‘est l’Honnêteté avec un grand H, c’est le Plaisir avec un grand P.
Et lorsqu’il m’a demandé de l’accompagner à l’Aconcagua et qu’il m’a fait la surprise d’y inviter René, mon compagnon de cordée de mes années les plus folles, avec qui j’ai tant fait de farces inavouables et de montagnes sublimes dans des temps souvent hors du commun, j’ai réalisé encore plus la générosité et la malice de Pierre.

Se retrouver les trois au pied du plus haut sommet d’Amérique du sud durant le mois de janvier de cette année a été un moment très fort. Et même si nous n’avons pas pu atteindre la « cumbre », il nous restera pour toujours ces paysages fantastiques, ces rires, cette complicité qui vous donne de l’énergie pour les dix prochaines années.

Il faut dire qu’avec ses 72 ans bien sonnés, Pierre a été dur à suivre, pas question de s’arrêter, ou… juste ce qu’il faut ! Une bonne préparation, deux sommets d’acclimatation, quelques portages, et puis le corps qui dit non dans une tempête qui n’avait rien d’encourageant.

De la neige exceptionnellement bien plus bas que le camp de base ont rendu les montagnes magnifiques, toutes poudrées et notre retour n’en a été que plus beau.

Et je sais qu’il y aura d’autres clins d’œil : ces retrouvailles ne sont qu’un début !

Y a plus de saison, même en Afrique ! Et nos ascensions du Meru et du Kilimandjaro ont été rendues sportives cette année, avec quelques jours d'une humidité mémorable ... Moral d'acier pour les frais quincas Annie et Pierre-Yves, ainsi que pour Francine, Olivier, Anne et Michel.
Changement climatique, dit-on, les neiges du Kili ne sont plus ... et nous,nous avons atteint le sommet dans la neige fraîche !

<< 1 ... 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 >>